1 janvier 2011

[Mgr Williamson - Commentaire Eleison] Penser l'impensable

SOURCE - Mgr Williamson, fsspx - Commentaire Eleison - 1er janvier 2010

Le monde gît dans une telle obscurité de l'esprit, dans une telle corruption de la volonté, qu'il est difficile de ne pas s'imaginer que 2011 va être une année capitale. Cette Eglise qui devrait être « la lumière du monde » pour éclairer l'esprit et « le sel de la terre » pour empêcher la corruption de la volonté, se trouve en état d'éclipse. Elle est toujours là, mais sa lumière et sa chaleur, par la faute des hommes, n'arrivent guère plus jusqu'à eux.

Cela étant, les troubles dont le monde est en même temps victime et cause doivent s'abattre sur nous. Il va y avoir, ou en cette année qui vient ou bientôt après, un bouleversement inimaginable dans les affaires des hommes. Les lois inexorables de la réalité sont sur le point de renverser l'économie mondiale, alors que les « économistes », princes de petites nuées, continuent en grande majorité de colporter leur monde de rêves. Pour aider les pères de famille en particulier à penser l'impensable, voici des conseils de quelqu'un qui traite des affaires pratiques et qui n'a pas perdu tout contact avec la réalité : Gerald Celente, de New York (trendsresearch.com) :--

« On nous demande régulièrement de fournir des orientations spécifiques en rapport avec les tendances actuelles et qui permettront de surmonter les tempêtes financières... Il faut dire qu'il n'y a pas de solutions simples qui aillent à tout le monde. Toute situation particulière est différente. Chômer à la  campagne présente des possibilités et des problèmes différents du chômage en ville ou en banlieue. L'essentiel, c'est de se rendre compte que cette crise sera de longue durée. Nous nous trouvons en période de contraction, et l'heure est à la conservation et à la préservation. En gros, on disposera de moins d'argent à dépenser sur les choses non essentielles. Ce qui nous semblait « essentiel » quand l'argent coulait à flots, devient une « frivolité » lorsqu'il se tarit.

« En cherchant du travail, si vous voyez qu'en termes réels l'emploi qui était le vôtre n'est plus viable, par exemple agent immobilier, courtier en prêts hypothécaires, éditeur, entrepreneur en bâtiment, détaillant, employé d'usine de voitures, etc., le moment peut être venu, si c'est du tout pratique, de réaliser votre rêve. Qu'avez-vous toujours voulu faire ?  Avez-vous découvert des capacités, des talents particuliers que n'ont pas les autres ?  Comme point de départ, observez avec soin ce qu'il vous plairait le plus de faire, et quelle possibilité vous auriez d'en vivre. Et si vous ne pouvez trouver que du travail subalterne, faites-le en maître avec créativité et sans ressentiment, et des possibilités de plus haut niveau s'ouvriront à vous. Si votre travail coïncide avec ce que vous aimez faire, il perdra tout caractère de besogne. On pourrait même définir le bonheur ainsi : c'est quand on se lève le matin et que le travail de la journée est ce qu'on choisirait de faire.

« Prenez la mesure de votre situation personnelle. Cherchez d'autres hommes qui pensent comme vous
, ayant en des situations semblables à la vôtre des capacités qui complèteraient les vôtres. La multitude fait la force. Tout groupe visant un but à atteindre peut lancer un programme d'action qui serait impensable et impossible pour un homme seul. »

C'est moi qui ai souligné ci-dessus. Je serai enchanté s'il s'avère que j'ai tort, mais d'ici là je pense que c'est bientôt la survie qui va s'imposer comme le tout premier but à poursuivre.  Gerald Celente nous offre ici matière à réfléchir. Prions, bien sûr, c'est indispensable, mais aussi, comme le dit le vieux proverbe, continuons à ramer vers le rivage.

A tous les lecteurs j'envoie ma bénédiction pour la Nouvelle Année.

Kyrie eleison.

[Abbé Philippe Laguérie - IBP] Mes voeux pour 2011

SOURCE - Abbé Philippe Laguérie - IBP - 1er janvier 2011

Au nom de notre Institut du Bon-Pasteur, de ses prêtres, de ses séminaristes, je vous présente mes vœux les plus chaleureux pour cette année nouvelle, que Dieu fasse prospère, sereine et dynamique pour chacun de vous, dans la seule construction qui résiste au temps, celle du corps du Christ.

Il y aurait largement de quoi montrer moins d’optimisme dans une conjoncture aussi douteusement encourageante que certainement préoccupante. Le matérialisme général, la démission intellectuelle des Autorités, l’avancée inexorable de l’Islam et bien d’autres signes qui sonnent, dans l’indifférence quasi générale, les dernières années de notre liberté.

Mais le chrétien sait que sa liberté se joue des contraintes, fondée qu’elle est sur la Voie, la Vérité, la Vie qu’est le Christ-Jésus Lui-même. Si Dieu est avec nous, clame Saint-Paul, qui sera contre nous ? Si Dieu sauve ses élus, qui les condamnera ? Qui nous séparera jamais de l’amour du Christ ?

Tout nous est-il contraire ? Qu’à cela ne tienne : « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » car « Je puis tout en Celui qui me fortifie ».

L’heure des héros, sans doute des martyrs, s’approche ? Tant mieux ! Chacun devra vérifier son propre ouvrage, cesser les querelles stupides, fonder sur la Foi et s’enraciner dans la Charité.

Alors « Ne craignez pas, petit troupeau, car il a plu à votre Père de vous donner le Royaume ». Dans toute persécution sont deux réflexes possibles : la composition avec l’ennemi ou l’abandon à la Providence. Et si je vous souhaite résolument d’obtenir le second, ce n’est pas seulement pour sa moralité mais aussi parce qu’il paye davantage ! « Si le Seigneur ne bâtit Lui-même la maison, c’est en vain que travaillent les bâtisseurs ». Ne pas confondre patience et démission : je n’aurai jamais l’âme d’un vaincu.

Après un démarrage fulgurant l’Institut du Bon-Pasteur marque le pas ? Tant mieux pour lui, c’est la marque des œuvres de Dieu que de payer leur succès et ce lui sera sans aucun doute son second souffle. Je prends donc hardiment ce rendez-vous avec la nouvelle année.
Que le Père de Notre Seigneur Jésus-Christ vous bénisse dans l’Esprit-Saint et que la Vierge Immaculée vous protège.