16 juin 1971

[Congrégation pour le Culte Divin] Notification sur le Missel romain, la Liturgie des Heures et le calendrier

SOURCE - Congrégation pour le Culte Divin - 16 juin 1971

L'instruction De Constitutione apostolica Missale Romanum gradatim ad effectum deducenda, publiée par cette S. congrégation le 20 octobre 1969, a donné les normes concernant les cas particuliers et les difficultés posées par l'utilisation du Nouveau Missel Romain, et elle a autorisé les Conférences épiscopales à prolonger la vacatio legisjusqu'au 28 novembre 1971.

Il fut également décidé par cette S. congrégation que le Calendrier général et les Calendriers particuliers ad interim demeureraient en usage pendant cette année 1971.

Compte tenu de ces dispositions, la congrégation pour le Culte divin, avec l'approbation du Souverain Pontife, a établi les normes qui suivent, portant sur l'utilisation du Missel romain, de la liturgie des heures et du Calendrier rénové, et indiquant la solution de certaines difficultés posées par la réalisation du calendrier des années 1972 et 1973.
I. — Le Missel romain et la Liturgie des Heures
1. Dans les célébrations en latin, on peut déjà utiliser le Missel romain et le Lectionnaire de la messe publiés par cette S. Congrégation. De même, les volumes de la liturgie des Heures pourront être utilisés dès leur publication.

2. Les Conférences épiscopales veilleront à ce que soient complétées au plus tôt la traduction et la publication en langue du peuple de ces mêmes livres liturgiques.

Cependant, étant donné les difficultés particulières que posent ces publications, elles fixeront le jour à partir duquel les traductions approuvées par elles et confirmées par le Siège apostolique pourront ou devront entrer en usage, totalement ou en partie.

Mais à partir du jour où les traductions ainsi définies devront être adoptées dans les célébrations où l'on utilise la langue du peuple, ceux qui continueront à user du latin devront utiliser seulement les textes rénovés, tant pour la messe que pour la liturgie des heures.

3. Ceux qui, en raison de leur âge avancé où d'une infirmité, éprouvent de graves difficultés à observer le nouvel Ordo du Missel romain, du lectionnaire de la messe ou de la liturgie des heures, pourront, avec l'autorisation de leur Ordinaire, et seulement dans les célébrations sans peuple, continuer à utiliser en totalité ou en partie le Missel romain selon l'édition typique de 1962, modifiée par les décrets de 1965 et 1967, ainsi que le Bréviaire romain antérieur.

4. En ce qui concerne la langue à utiliser: 
  1. Pour les messes célébrées avec peuple, les Conférences épiscopales ont le droit de décider de l'utilisation de la langue du peuple dans quelque partie que ce soit de la messe.
    Prenant en considération avant tout le bien des fidèles, les Ordinaires des lieux jugeront s'il est opportun que, une fois introduit l'usage de la langue du peuple, on célèbre dans certaines églises une ou plusieurs messes en latin, surtout des messes avec chants, en particulier là où se rassemblent plus fréquemment des fidèles de diverses langues.
  2. Dans les messes célébrées en latin, il convient que les lectures de la Sainte Ecriture et la Prière universelle soient faites dans la langue du peuple, en tenant compte éventuellement de la présence de fidèles de diverses langues. 
  3. Pour les messes célébrées sans peuple, tout prêtre peut utiliser soit le latin, soit la langue du peuple. 
La liturgie des Heures, célébrée soit individuellement, soit en commun, soit au choeur, peut, avec le consentement de l'Ordinaire, être célébrée en langue du peuple. 
II. — Le calendrier.
5. Les Conférences épiscopales, compte tenu de l'état du travail de traduction du Missel romain et de la liturgie des Heures, fixeront le jour à partir duquel devra être utilisé, sur le territoire de leur juridiction, le Calendrier romain général promulgué par le Motu proprio Mysterii paschalisdu 14 février 1969.

En attendant que soit terminé le travail de traduction, ces mêmes Conférences publieront les normes opportunes sur le calendrier à suivre pour la célébration de la messe et de la liturgie des Heures, en latin comme en langue du peuple.

6. Ceux qui utilisent un calendrier propre doivent, en attendant que celui-ci soit révisé, conserver le calendrier actuellement en vigueur pour les célébrations qui leur sont propres, en changeant le degré de ces célébrations conformément aux normes universelles du calendrier, et en modifiant ce qui ne concorde pas avec ces normes. Pour le reste, ils doivent observer les normes établies par la Conférence épiscopale.

Le travail de révision des calendriers particuliers devra être fait dans les délais fixés par l'instruction sur le Calendrier.

7. En 1972, la solennité de saint Joseph tombe le cinquième dimanche de Carême. Elle sera donc anticipée le samedi. C'est-à-dire le 18 mars

Là où des motifs pastoraux le conseillent, les Ordinaires des lieux peuvent permettre qu'on dise la messe de saint Joseph également aux messes dominicales célébrées le samedi 18 mars au soir.

En 1973, certaines solennités tombent le même jour. En conséquence, le calendrier s'établira comme suit: 
a) Dimanche 24 juin: Nativité de saint Jean-Baptiste, solennité. Là où la solennité du Corps et du Sang du Christ est transférée ce dimanche, la solennité de saint Jean-Baptiste sera célébrée la veille, 23 juin.  
b) Vendredi 29 juin: Saints Pierre et Paul, apôtres, solennité, et le Sacre-Coeur de Jésus, solennité.
On célébrera, ce jour-là, la solennité des saints Pierre et Paul, et la solennité du Sacré-Coeur de Jésus sera transférée au dimanche suivant. Cependant, là où la solennité des saints Pierre et Paul n'est pas de précepte et où elle est généralement transférée au dimanche suivant, on célébrera la solennité du Sacré-Coeur de Jésus, le 29 juin, et la solennité des saints Pierre et Paul le 1er juillet. 

10 février 1971

[Cardinal Wright - Congrégation pour le Clergé] Lettre louant la Fraternité Saint-Pie-X

SOURCE - Cardinal Wright - Congrégation pour le Clergé - 10 février 1971

Excellentissime Seigneur,

C’est avec une grande joie que j’ai reçu votre lettre, dans laquelle Votre Excellence portait à ma connaissance les nouvelles et les Statuts de la “Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X”.

Comme Votre Excellence l’expose, cette œuvre qui, par vos soins, a reçu le 1er novembre 1970 l’approbation de l’évêque de Fribourg, Mgr François Charrière, a déjà dépassé les frontières de la Suisse, et plusieurs Ordinaires de diverses parties du monde, la louent et l’approuvent. Tout cela et spécialement la sagesse des normes qui constituent et dirigent l’œuvre donnent bon espoir à son sujet.

Pour ce qui regarde donc cette Sacrée Congrégation, la “Fraternité Sacerdotale” pourra très bien s’accorder avec la fin recherchée par le Concile dans ce saint Dicastère en vue de la distribution du clergé dans le monde.

Je suis de Votre Excellence…
 

11 janvier 1971

[ina.fr] Un intégriste

SOURCE - ina.fr - 11 janvier 1971